Menu

Les appellations d’huile d’olive en France

Il existe une large variété d’huile d’olive en France. À chacune d’elle correspondent des spécificités précises, notamment la zone géographique, le climat, la géologie, les variétés d’oliviers et savoir-faire. Elles répondent donc à des critères bien précis pour leur production. Découvrez ici les appellations d’huile d’olive en France.

L’huile d’olive d’Aix-en-Provence

Il s’agit d’une huile issue de plusieurs variétés d’olive dont au moins deux sont présentés parmi les variétés principales. Il s’agit de l’aglandau, la cayanne et la Salonenque. La composition est complétée par des variétés secondaires (bouteillan, grossane, Picholine et autres.).

L’huile d’olive fabriquée en Provence existe sous deux formes. Il s’agit de la forme d’artichaut cru, pomme, verdure, d’amande, parfois accompagnée d’arcadence de type fruité ou goût intense. La deuxième forme est issue d’olives stockées de 4 à 10 jours. Elle est à la fois douce et complexe, dominée par des arômes de pain et d’olive noire.

L’huile d’olive de Nyons

Elle est exclusivement issue d’olive de type tanche. Il s’agit d’une variété à double fin utilisée pour l’huile d’olive et les olives noires. Quelques variétés pollinisatrices sont admises dans la proportion maximum de 5% des arbres.

L’huile d’olive de Nyons est de type fruité, mûr, caractérisé par des arômes de pomme verte et foin frais. Elle contient aussi des arômes de noisette fraîche, d’amande, de noix et de notes beurrées.

L’huile d’olive de Nice

L’huile d’olive de Nice est de type fruité et se caractérise par sa douceur fruitée, aux arômes d’amande fraîche. Celles-ci s’accompagnent de notes de genêt, de foin frais et d’artichaut cru. Cette variété s’étend sur 99 communes et 216 hectares accueillant 30 000 oliviers entre mer et montagne.

La variété calletier représente 95% du verger. Elle s’accompagne de quelques variétés pollinisatrices comme l’arabanier, le blanquetier, la Nostral, la Blavet, et la Ribeyrou. Elles sont admises à condition de rester en dessous de 5% du nombre d’arbres.

L’huile d’olive de Nîmes

Cette huile se caractérise par des arômes intenses de fruits rouges, prune, d’amande, d’artichaut cru avec une amertume marquée et une ardence nette. Elle est issue de 70% des olives de la variété Picholine. À cette dernière, peuvent s’ajouter la negrette, la noirette. Celles-ci doivent représenter au moins 85% du verger de l’exploitation.

Des variétés secondaires peuvent aussi s’y ajouter. C’est le cas du sauzen vert, la rougette, l’olivastre, le broutignan, le vermillau, le cul blanc, l’amellau, la Pigalle et bien d’autres… Quant aux variétés pollinisatrices, elles ne doivent pas excéder 5% du verger.

Cependant, il existe d’autres appellations notamment l’huile d’olive du Corsica, de Nice, Provence, Haute-Provence, de la vallée de beaux-de-provence.